Student-food s’est inscrusté jeudi soir à la soirée du PAF de Canal + où Groland s’est ressourcé après le jumelage Groland-Clermont-Ferrand l’après-midi même. Nous avons pu découvrir le paradis de l’open bar, où les gobelets vous disent eux-même avec un smiley sérigraphié «  merci de me ramener au bar »… C’est directement un appel à la consommation, en tout cas c’est ce que l’on préfère se dire.

Le plus : les navettes qui vous amènent et vous récupèrent jusque tard dans la nuit. Le choix des boissons est large, jusqu’à trois vins différents selon le type, et le cocktail déjà préparé était bien dosé et fruité.

En vin : nous vous conseillons le Chateaugay, vin de la région que nous avons pu consommer là-bas.
Parlons maintenant nourriture.

Nous avons eu droit à un grand buffet pique-nique où l’on piochait sans retenue dans des paniers entiers de crudités se mariant parfaitement avec du caviar d’aubergine, de la tapenade ou encore du houmous. Il y avait aussi de la bonne charcuterie auvergnate, et, plus tard dans la soirée des miniardises à se damner.
Nous avions pour défit de rencontrer des personnalités de Canal + au cours de la soirée. Sous forme de questions posées à la volée nous avons réussi à obtenir quelques informations culinaires de la part de Benoît Délépine, plutôt festif, et de Yann Barthès camouflé derrière ses petites lunettes et une tenue de teenager.


Student food avec Michael Kael en direct de la soirée de canal plus, la question que l’on se pose c’est quel est le plat preferé des grolandais ?

B.D : Le plat extraordinaire, vous voyez ce que c’est que le dodo ou pas ? Le dernier dodo, il nous offre son corps…

La cuisine ça déshinibe ?

Certainement.

Vos amis osent-ils encore vous inviter à diner ? Hormis Gerard Depardieu

B.D : C’est vrai que j’ai un gros soucis, un problème d’invitation à dîner…

Vous arrivez encore à vous faire inviter ?

B.D : Non mais Gérard Depardieu non plus.

Il y a une anecdote comme quoi vous seriez aller mangé chez lui…

B.D : Ouai mais c’était y’a longtemps et lui s’en souviens plus. Non mais à part ça…ça c’est un vrai signe d’amitié et d’amour d’inviter quelqu’un  à dîner ou a déjeuner.


Plus tard dans la soirée, nous rencontrons Yann barthès moins accessible et disponible toutefois mais sobre.

Y.B : C’est du son son son?

Oui du son son son.

Y.B : C’est pas filmé c’est sûr c’est bien du son son son?

Oui du son son son.

Bref après cette interview en sens inverse, nous avons pu obtenir de sa part qu’il avait un pêché mignon pour le chocolat noir, qu’il était plutôt bio, et qu’il a pour « bouffe habitude » le japonais du midi. Pas de quoi s’extasier, mais au moins, on aura tenté.
Ce qu’on retiendra de la soirée, c’est l’open bar, la playlist géniale de Jules-Édouard Moustic qu’on aimerait récupérer, et la belle prestation scénique du concert des Producteurs de porcs, orchestre national Grolandais.