Pour suivre Manu et Jo en direct c’est par ici
Un petit like pour leur projet ?

Un court passage en Slovénie (environ 2h) puis nous arrivons directement en Croatie. Le soleil de la matinée à Trieste a fait place à la grisaille et au froid, et nous sommes un peu déçus car nous pensions justement trouver une météo plus clémente à l’approche des Balkans. Nous sommes accueilli à Rijeka par Ivan qui nous confirme que ce froid est inhabituel à cette époque, et cela semble durer… Cependant notre hôte du jour est génial et il nous fait oublier tout cela en nous préparant du mlinci et en nous faisant goûter une multitude de produits faits maison (mlinci, confiture de prune, vin, betteraves, rakia, etc.). Nous repartons le ventre rempli de bonnes choses et nous sommes prêt à affronter la pluie et Bura, le terrible vent de la côte croate.

Le mlinci d'Ivan

Le Mlinci d’Ivan et son vin fait maison à Rijeka

 

Les jours suivants sont on un peu galères, entre la pluie torrentielle, le vent qui nous empêche d’avancer, et le peu de villages qui longent cette partie de la côte, nous avons hâte d’arriver à Zadar où un logement nous attend. Arrivés là bas, nous pouvons une nouvelle fois goûter des produits faits maison que des amis de Tina (notre hôte) ont ramené à l’occasion d’un apéritif dînatoire. Le saucisson et le lard sont excellents, et il n’est pas facile de résister à tout engloutir ! Nous goutons aussi au gâteau de Hvar, fait à base de caroube, un produit très utilisé en Croatie en complément du chocolat ou du café.

Aperitif dinatoire Tina

L’apéritif dinatoire avec Tina et ses amis (Saucisson, lard et vin faits maison, fromages frais, poivrons, etc.)

 

Le lendemain matin, une chose nous interpelle : les croates ont l’air de beaucoup consommer de pâte à tartiner bigoût (un côté marron chocolat et un côté blanc vanille). Alors que ce genre de produit a l’air d’avoir plus ou moins fait un flop en France, il est très répandu ici et Tina nous explique qu’il s’agit de quelquechose qui a été largement popularisé lors de l’époque communiste et que cela est ensuite resté. Nous constaterons qu’il en est de même dans les pays traversés par la suite.

Pate à tartiner bigout

La fameuse pâte à tartiner bigoût

 

Après avoir visité la ville de Zadar, nous reprenons la route en direction d’une autre attraction phare de la Croatie : le parc national de Krka. Nous avons profité d’une superbe matinée ensoleillée pour visiter ce parc et admirer ses cascades impressionnantes.

PN Krka

Un échantillon des cascades de Krka

 

Nous continuons ensuite vers Split puis Dubrovnik où nous rencontrons un couple de lausannois qui voyagent en vélo jusqu’en Ouzbékistan, et nous décidons de nous retrouver au Monténégro dans la ville de Kotor pour faire un petit bout de route ensemble. L’auberge de jeunesse où nous nous retrouvons est géniale, il y règne une superbe ambiance et nous avons l’occasion de gouter différents alcools locaux (Rakia) fournis par l’un des gérants du backpaker.

Rakia

La fameuse Rakia !

 

C’est donc accompagné de nos 2 acolytes helvètes que nous prenons la direction de Bar, dans le sud du Monténégro, où Milos nous attend. Nous avons passé une soirée incroyable, notre hôte du jour nous a préparé un barbecue gargantuesque accompagné de petites spécialités locales ! (Soupe, pain au fromage frais, salade de chou, etc.)

Repas chez Milos

L’énorme repas chez Milos (les restes nous ont fait 2 jours de pic-nic à 4 personnes…)

 

Milos et sa famille

En compagnie de nos amis suisses (Jo et Pauline) et de Milos et sa famille

 

Nous hésitons encore à ce moment là à passer par l’Albanie (différentes mises en garde et retours négatifs nous refroidissent un peu), mais nous décidons malgré tout d’y aller et nous ne regrettons pas ! Les paysages sont magnifiques et les gens dans l’ensemble accueillants. Le seul point noir réside dans le fait que certains endroits sont un peu gâchés par la pollution et les déchets éparpillés un peu partout.

Albanie

En haut du dernier col en Albanie

 

Nous avons pu découvrir la cuisine albanaise dans un restaurant de la capitale, et nous avons encore pu constater les influences de l’empire ottoman (cuisine à base de yahourt, beaucoup d’épices, etc.).

Table Albanie

Petit assortiment de spécialités albanaises

 

Nous avons aussi remarqué 2 facettes de la pauvreté de l’Albanie : un côté « ghetto » entre Shkoder et Tirane, et un côté bien plus rural et finalement beaucoup moins malsain après la capitale.
Malgré cela il nous a semblé que les albanais donnaient beaucoup d’importance à leur voiture, en témoigne le nombre de stations de « lavazh » tout le long de la route, mais aussi le peu de vieilles voitures rencontrées contrairement aux autres pays des Balkans.

 

Enfin, nous avons connu une arrivée superbe en Macédoine sur le lac d’Ohrid où nous avons décidé de prendre une petite journée de repos au soleil.

Lac d'Ohrid

Arrivée sur le lac d’Ohrid

 

Nous avons progressivement observé un déclin du niveau de vie au fur et à mesure que nous avancions, mais aussi une culture commune aux pays balkaniques notamment au niveau culinaire. En effet, nous avons retrouvé des produits populaires communs tel que les bureks, les baklavas (héritages de l’empire ottoman), les cochons et agneaux grillés ou encore la fameuse rakia. Ces produits sont pour la plupart faits maison et réalisés à base d’ingrédients simples.

Point Culture : Pour ceux qui se posent incessamment la question, la macédoine de légumes ne vient pas de Macédoine. Elle est ici appelée salade russe, ou encore salade française dans le reste des Balkans.

 

BONUS

Le gâteau de Hvar par Barbara

Gateau de Hvar

- 5 oeufs
- 150g de sucre
- 250g de farine de caroube
- 50g de chapelure
- 150ml de Prošek
- 100g de chocolat à 70% de cacao
- 100g de chocolat pâtissier
- 30g de beurre

Préchauffer le four à 180°C. Batttre les jaunes d’œuf avec le sucre. Mélanger la chapelure avec le Prošek, ajouter le mélanges des jaunes avec le sucre, puis la farine de caroube et enfin les blancs d’œuf battus en neige.
Verser la pâte obtenue dans le moule préalablement graissé avec le beurre et couvert de papier sulfurisé.
Enfourner et laisser cuire pendant 20mn. Vérifier la cuisson avec la lame d’un couteau. Laissez refroidir.
Faire fondre les deux chocolats avec du beurre au bain marie. Verser le mélange sur le gâteau bien froid afin d’obtenir le glaçage.

Prijatno !

 

Pour suivre Manu et Jo en direct c’est par ici
Un petit like pour leur projet ?