Nous arrivons en Thaïlande début juillet en croisant les doigts pour que la météo continue d’être clémente afin que nous puissions profiter au maximum des charmes de ce nouveau pays. Nous commençons par longer la côte Ouest et nous découvrons la région de Krabi et ses paysages somptueux. Nous faisons un petit tour dans la région afin d’apprécier la beauté des lieux (plages de rêve, nombreuses grottes, forêts de mangrove…) et le hasard nous fait passer par un petit village dans lequel nous sommes accueillis à bras ouvert par les habitants. La barrière de la langue n’est pas un problème, les villageois nous font participer à un match de football et nous passons une fin d’après midi et une soirée fabuleuse en leur compagnie. Nous partageons le repas avec les habitants du village et il semble que la plupart ne mangent pas chez eux mais se regroupent pour le repas. Nous avons pu encore une fois constater cela sur la cote Est lorsque nous avons été conviés à partager le dîner d’une famille et de leurs amis.

DSC_0519

Avec les enfants du village de Tampete après notre match de football

 

DSC_0512

Chemin dans la mangrove menant à une grotte proche de Krabi

 

DSC_0487

Des pêcheurs de la province de Krabi

 

Depuis notre arrivée en Thaïlande nous remarquons aussi une chose anodine : lors de chaque repas nous nous servons du duo cuillère-fourchette, qui est le plus utilisé ici pour tous les plats. En effet, les thaïlandais n’utilisent pas de couteaux car la nourriture est très souvent déjà en petit morceaux, mais utilisent une fourchette pour pousser les aliments dans la cuillère. Cependant, une assiette de nouilles est la seule exception, car ce plat étant d’origine chinoise, il est communément mangé avec des baguettes.

Nous repartons de ce village en direction de la côte Est et nous atteignons Surat Thani en une grosse étape, où nous arrivons le jour du night market. C’est le moment pour nous de découvrir un peu la nourriture locale et nous ne sommes pas déçus ! Tout comme en Malaisie, les night market sont un paradis pour nous, de la nourriture de toutes sortes et en abondance ! Mais par dessus tout nous trouvons l’une des choses que nous cherchions en Thaïlande : les insectes. En effet, c’est une grande première pour nous et nous sommes excités (même si nous appréhendons un peu ce moment) de pouvoir enfin croquer un cricket. Finalement ce n’est pas incroyable, le goût est un peu boisé, nécessite beaucoup d’assaisonnement, et la texture ferait penser un peu à une crevette que l’on mangerait sans la décortiquer. Quant aux larves, la texture farineuse est un peu surprenante et il n’y a pas non plus de goût très prononcé. En somme, c’est une expérience à essayer, mais nous n’en nous ferions pas non plus un festin.
Cependant, nous ne mourrons pas de faim ce soir là tant le choix est vaste dans ce marché! Nous rentrons repus après quelques plats de nouilles, de riz, des fruits, des viandes de toutes sortes, des desserts non identifiés, etc.

DSC_0529

Canards et poulets

 

DSC_0526

Criquets et larves

 

DSC_0537

Un genre de tuile avec une meringue à l’intérieur

 

DSC_0535

 Une multitudes de types de riz et de nouilles

 

L’objectif maintenant est de remonter le long de la côte jusqu’à Bangkok. Nous alternons entre des endroits déserts et des pôles touristiques, et il est assez intéressant de voir l’impact du tourisme sur une région. Alors que certaines parties ne sont peuplées uniquement de quelques pêcheurs, où personne ne parle anglais et où il est compliqué de trouver un toit pour passer la nuit, il existe à peine 50km plus loin des villes développées uniquement pour le tourisme où l’on trouve des guest house un peu partout, des services de lessive, des services de transport et de visa run (aller dans un autre pays pour renouveler son visa), des activités en pagaille… Nous ne pouvons que constater qu’il y existe une réelle différence entre ces 2 facettes du pays et il existe des endroits incroyables qui méritent qu’on y accorde un peu plus d’importance. Malgré tout, les endroits touristiques ne sont pas à éviter car c’est là que tout est concentré et tout est fait pour que les touristes profitent au mieux des richesses du pays.
Tout au long de la cote, nous pouvons observer (et sentir !) des grandes bâches étendues sur le bord des routes où sèchent des milliers d’anchois qui seront ensuite utilisés pour réaliser le nuoc-mâm, une sauce très présente dans toute l’Asie du Sud-Est, et qui est utilisée de la même manière que le sel chez nous.

DSC_0586

Petite pause baignade

 

DSC_0606

Le magnifique levé de soleil à Prachuap Khiri Khan

 

DSC_0625

Des bateaux de pêcheurs victimes de la marée dans un port

 

DSC_0630

Ramassage du sel 

 

L’arrivée à Bangkok nous rappelle que les grandes villes ne sont pas les meilleurs endroits pour voyager en vélo : le trafic est dense, il faut emprunter des voies rapides et dangereuses, et c’est la loi du plus fort qui prime. Nous sommes finalement heureux d’arriver et nous prenons quelques jours pour découvrir cette ville.
Il est encore une fois intéressant de voir les 2 facettes de cette ville que l’on retrouve un peu dans tout le pays : il y a d’une part le côté culturel avec les nombreux temples, la cuisine thaï et le marché flottant par exemple, et d’autre part la vie nocturne avec les nombreux bars et clubs, parfois plus obscure avec la prostitution, les pingpong shows, les bars girls (jeunes thai dont l’objectif est de repartir au bras d’occidentaux aisés), les ladyboys, etc.
On y croise donc tous types de touristes, et l’ambiance peut changer du tout au tout au détour d’une rue.
Les nombreux temples bouddhistes jonchent le pays, et nous retrouvons bien sur les plus impressionnants à Bangkok : Wat Pho (bouddha couché), Wat Saket (la montagne d’or), Wat Phra Kaeo (bouddha d’émeraude), etc. Avec tous ces temples nous retrouvons aussi les stands de fleurs et d’encens, principales offrandes bouddhistes. Ces symboles sont très importants ici, et nous avons par exemple vu un chauffeur de bus s’arrêter au milieu de nul part simplement pour racheter des fleurs pour sont bus. Les bus, parlons en justement. Il n’ont rien à voir avec ceux que l’on connait, chacun à une peinture et une décoration unique, avec des néons, et de multiples gadgets. La plupart des bus en Thailande sont aussi équipés de karaoké (très populaire ici), et vous pouvez si vous le souhaitez reprendre les plus grands tubes thai à tue tete pour faire passer votre voyage.
Bangkok nous a permis aussi de nous rendre réellement compte de l’adoration des thaïlandais pour leur roi Rama IX. Le peuple lui voue une adoration sans faille, en témoignent les portraits du roi affichés dans tous les commerces, le clip à sa gloire montré avant chaque séance de cinéma, les drapeaux avec son insigne dans tous les lieux publiques, etc. Et le fait de dire du mal de lui peut vous attirer de gros problèmes… C’est donc un sujet plutôt sensible et il vaut mieux s’abstenir d’en parler si ce n’est en bien.

DSC_0827

Le bouddha couché du temple Wat Pho

 

DSC_0793

Le marché aux fleurs de Bangkok

 

DSC_0813

Lieu de prière mais aussi lieu touristique

 

DSC_0687

Un temple avec la photo du roi

 

 

DSC_0829

Un bus customisé !

 

Nous prenons ensuite un bus pour retourner dans le sud afin d’expérimenter l’une des soirées les plus célèbres de la planète : la full moon party. Cette soirée a lieu chaque pleine lune sur une plage de l’île de Koh Phangan et regroupe entre 15000 et 20000 personnes déchaînées. L’île en elle même est déjà paradisiaque et nous en profitons pour prendre un peu de repos sans notre vélo. La soirée tiens toutes ses promesses, et outre l’ambiance survoltée, nous sommes impressionnés par l’organisation et le bon déroulement d’un tel événement. En effet il y a partout sur la plage de nombreuses activités potentiellement dangereuses comme la cordes à sauter et les cerceaux en feu, un toboggan depuis le toit d’un bar, etc. Mais tout semble bien se dérouler et les problèmes sont réglés rapidement grâce à un service de secours efficace. La foule, la convivialité, la musique, l’ambiance en général, tout est fait pour que cette soirée soit mémorable, et l’ensemble vaut le déplacement.

C’est à Koh Phangan que nous apprenons aussi à ouvrir une noix de coco fraîche à coup de machette. Bien que ce fut un peu laborieux au début nous nous améliorons assez rapidement et nous n’avons plus rien à envier à tous les vendeurs de rues qui les ouvrent en 2 temps 3 mouvements. Le séjour sur cette île avait quelque chose de paradisiaque : une plage superbe, une mer cristalline, des cocotiers, des hamacs, des noix de coco à volonté, des dizaines d’activités… C’est difficilement que nous quittons cet endroit de rêve pour reprendre notre route.

DSC_0837

La plage sur l’île Koh Phangan

 

De retour à Bangkok nous remontons sur notre vélo direction le Cambodge avec le temple d’Angkor Wat en ligne de mire. Sur la route nous pouvons encore découvrir des endroits surprenants et apprécier la gentillesse et la générosité des gens en Thaïlande, et c’est finalement sous une pluie battante que nous arrivons à la frontière.

DSC_0897

Une imposante statue de Ganesh, divinité hindou

 

BONUS RECETTES

DSC_0718

 

Tom Yum Goong (soupe à la crevette)

- 16 grosses crevettes décortiquées
- 4 volvaires asiatiques coupés en dés (ou autre type de champignon)
- 2 tiges de citronnelle coupées en morceaux
- 6 feuilles de combava (possibilité de remplacer par des feuilles de citron vert)
- 20 tranches de galanga
- 1 cuillère à soupe de sauce de poisson
- ½ cuillère à soupe de jus de citron
- 2 tasses d’eau
- 1 tomate coupée en dés
- 2 cuillères à soupe d’émincé de feuilles de coriandre fraîches
- 2 cuillères à soupe d’émincé d’oignons verts
- 1 cuillère à soupe de pâte de piment thai
- 4 cuillères à soupe de lait de coco
- Du piment frais pour ceux qui aiment manger épicé

DSC_0729

 

Dans un wok, mettre les tiges de citronnelle, le galanga, les feuilles de combava, les champignons, le piment et les tomates et recouvrir avec l’eau. Porter à ébullition et laisser cuire jusqu’à ce que les ingrédients soit attendris.

DSC_0732

 

Ajouter les crevettes et laisser cuire.
Ajouter ensuite le lait de coco, le jus de citron la sauce de poisson et la pâte de piment. Laisser cuire quelques instant.
Servir chaud et garnir avec des feuilles de coriandre fraîche.

DSC_0736

 

 

Kang khiao wan gai (poulet au curry vert)

- 4 escalopes de poulet émincées
- 2 cuillères à soupe de pâte de curry vert
- ½ aubergine coupée en dés
- 2 cuillères à soupe de crème de coco
- 1 tasse de lait de coco
- 25 feuilles de basilic
- 6 feuilles de combava (possibilité de remplacer par des feuilles de citron vert)
- 4 cuillères à soupe d’émincé de « finger root » (Boesenbergia rotunda)
- 1 pincée de sucre
- 1 cuillère à soupe de sauce de poisson
- 2 cuillère à soupe de pâte de tamarin

DSC_0768

 

Mettre la crème de coco dans un wok à feu doux. Ajouter la pâte de curry et remuer jusqu’à sentir une odeur. Ajouter le poulet et le faire frire jusqu’à ce que la couleur ait changée.
Ajouter le lait de coco, les feuilles de combava, le « finger root », l’aubergine, le sucre, la pâte de tamarin et la sauce de poisson.

DSC_0771

 

Continuer de mélanger constamment jusqu’à ce que la sauce ait bien réduit et que le poulet soit cuit. Ajouter le basilic et servir chaud avec du riz.

DSC_0775

 

 

Pad thai sai kai (nouilles frites style thaï)

- 200gr de nouilles de riz plongées dans de l’eau chaud jusqu’à ce qu’elle soit ramollie puis égouttées
- 10 grosses crevettes décortiquées
- 4 cuillères à soupe d’huile végétale (sauf olive et sésame)
- 2 cuillères à soupe d’émincé de ciboulette
- 2 cuillères à soupe de sucre roux
- 4 cuillères à café de sauce de poisson
- 2 œufs
- ½ tasse de pousses de soja
- 2 cuillères à soupe d’émincé d’ail
- une trentaine de petit cubes de tofu (1cm)
- 2 cuillères à soupe de pâte de tamarin
- 2 cuillères à soupe d’émincé de radis blanc au vinaigre
- 2 cuillères à soupe de cacahuètes
- 1 cuillère à soupe de poudre de piment rouge

DSC_0744

 

Faire chauffer l’huile dans un wok et y faire frire l’ail. Ajouter les crevettes, le tofu, le soja et la ciboulette et remuer jusqu’à ce que les crevettes soit cuites. Casser l’œuf dans le wok et remuer rapidement afin de le brouiller et de le mélanger au reste des aliments.
Ajouter les nouilles et assaisonner avec la sauce de poisson, le sucre, les cacahuètes, la poudre de piment, la pâte de tamarin et le radis blanc.

DSC_0747

 

Laisser cuire l’ensemble quelques minutes tout en mélangeant constamment. Servir avec des légumes frais, et agrémenter si besoin avec des cacahuètes et de la poudre de piment.

DSC_0749

 

ทานให้อร่อยนะ